La dépendance peut signifier être dépendant de la drogue, des jeux, des ordinateurs, des achats ou de la nourriture. Les personnes dépendantes peuvent risquer leur santé et leur personnalité change. Sur le long terme, vous vous sentirez seul et finalement isolé. Les personnes dépendantes sont dans un cercle vicieux et ont besoin d’aide, car c’est une maladie pouvant toucher l’autonomie d’un individu. La dépendance peut toucher tout le monde. Découvrez comment lutter contre ces dépendances. 

Cercle vicieux de la dépendance

Le début d’une dépendance est un processus qui se transforme progressivement en un cercle vicieux. Par exemple, elle peut commencer par un trouble du sommeil inoffensif dû au stress, qui est traité avec des somnifères en vente libre. Progressivement, la dose est augmentée afin de pouvoir dormir toute la nuit. Le lendemain, vous vous sentirez fatigué et faible, alors vous vous allongerez pour faire une sieste. Le soir, vous ne pouvez pas vous endormir  sans reprendre des comprimés. Le cercle vicieux d’une dépendance ressemble presque toujours à cela. Après la consommation de drogues, d’alcool ou d’une sortie shopping, la personne concernée constate qu’une situation ou une humeur insatisfaisante ou insupportable s’améliore. Mais l’effet diminue, la “désillusion” se répand. Aujourd’hui, le désir d’amélioration est plus grand qu’auparavant et le désir de drogue augmente de temps en temps. Pour éviter le risque de dépendance, vous devez donner de l’importance à votre vie sociale et à votre autonomie. Avec une bonne initiative, vous diminuerez votre risque de manière partielle. 

Chiffres sur l’état de dépendance d’un individu

L’alcool occupe la première place parmi toutes les substances entraînant une dépendance. Toutefois, 7,8 millions d’Allemands consomment une quantité excessive d’alcool et 1,8 million sont déjà considérés comme dépendants. Ce chiffre est si élevé parce que la dépendance commence très tôt. Selon le rapport du gouvernement fédéral sur les drogues et la dépendance, environ un adolescent sur dix et un jeune adulte (masculin et féminin) sur trois boivent de l’alcool régulièrement, c’est-à-dire au moins une fois par semaine. Environ 16 millions d’Allemands fument régulièrement, dont 2,93 millions ont besoin de plus de 20 cigarettes par jour pour leur dépendance. Selon les estimations de la Direction générale allemande des questions de toxicomanie (DHS), il y a actuellement environ 1,5 à 1,9 million de toxicomanes en Allemagne. En raison du nombre élevé de cas non signalés, le nombre de personnes touchées est probablement beaucoup plus élevé. La cocaïne et le cannabis semblent être les drogues stimulantes les plus populaires en Europe. C’est ce qui ressort clairement du rapport de l’Union européenne sur les drogues. Il faut savoir que 87,7 millions d’Européens âgés de 15 à 64 ans ont fumé ou avalé de la marijuana ou consommé du haschisch, selon les estimations de l’Observatoire européen des drogues et des toxicomanies (OEDT). Rien que l’année dernière, 23,5 millions d’adultes (masculin et féminin) l’ont fait. En revanche, la cocaïne a été utilisée par environ 17,5 millions d’Européens. En Allemagne, plus de 440 000 personnes souffrent de troubles alimentaires tels que l’anorexie ou la boulimie à cause de la dépendance. 

Qu’en est-il de l’addiction au jeu, au shopping et à l’Internet ?

Selon l’annuaire SUCHT publié par le DHS, plus de 455 000 personnes en Allemagne ont des problèmes de dépendance au jeu. Parmi ceux-ci, environ 215 000 personnes appartiennent à la catégorie des jeux pathologiques, tandis que des comportements de jeu problématiques sont observés chez plus de 240 000 personnes. Environ 800 000 Allemands souffrent d’une dépendance au shopping, comme l’a annoncé la Techniker Krankenkasse (TK), citant une enquête de l’université des sciences appliquées de Ludwigshafen. Environ quatre millions d’Allemands, soit un peu moins de cinq pour cent, risquent de devenir accros au shopping. On estime que plus de 560 000 personnes utilisent l’internet de manière compulsive. Les “accros de l’internet” passent jusqu’à 60 heures par semaine sur le net. Près de 14 % de la population allemande utilise l’internet au moins dans une mesure “problématique”. De toute évidence, il ne faut pas s’attacher à un domaine bien précis pour éviter le risque de dépendance. 

Que faut-il savoir sur la maladie de la dépendance?

La “dépendance”, telle que définie par la Fédération allemande d’aide aux toxicomanes, ne vient pas de la recherche mais de la maladie. La dépendance, en tant que processus rampant, n’est rien d’autre qu’un processus languissant. Personne ne devient soudainement dépendant. En effet, la dépendance se développe plutôt progressivement. En général, la dépendance commence de manière inoffensive: deux bières chaque soir et quelques cigarettes. Tout d’abord, les effets positifs d’une drogue sont utilisés pour se détendre, pour avoir une bonne nuit de sommeil, et pour beaucoup, elle reste en fait inoffensive. Pour certains, l’habitude et l’abus apparaissent, et pour d’autres, l’addiction et la dépendance. Les experts voient le parcours de la dépendance comme suit: d’abord la consommation, puis l’abus, enfin la dépendance.

A quel moment devient-on dépendant ?

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) définit la dépendance comme le désir indéniable d’un certain état d’expérience. Les pouvoirs de l’esprit sont subordonnés à ce désir. L’OMS exige que les personnes dépendantes ( masculin et féminin) ne soient pas considérées comme ayant une faiblesse de volonté ou de caractère. La dépendance est une maladie qui peut toucher tout le monde. C’est une maladie souvent chronique qui peut être comprise à partir de l’interaction de facteurs biologiques et environnementaux. Elle apparaît généralement simultanément et est liée à d’autres troubles somatiques ou psychologiques. ,Selon l’OMS, les signes d’une dépendance peuvent être des troubles physiques et mentaux : transpiration et nausées, troubles du sommeil, perte d’intérêt, sautes d’humeur, agitation et anxiété ou indifférence. Les toxicomanes nient et cachent leur dépendance, d’autres y font abstraction.

Qu’est-ce qui crée l’état de dépendance ?

Tout d’abord, une distinction est faite entre la dépendance liée à une substance et la dépendance non liée à une substance. La plupart des dépendances commencent dans l’esprit de l’individu. Les caractéristiques de la dépendance mentale sont le désir irrésistible de consommer une substance addictive, la perte de contrôle et le centrage de la pensée et de l’action sur la substance addictive. Le passage de la dépendance psychologique à la dépendance physique, c’est-à-dire physique, est fluide. Elle n’est souvent remarquée que tardivement dans la vie. Si l’approvisionnement régulier en substances addictives est soudainement interrompu (par exemple par un séjour à l’hôpital), des symptômes de sevrage typiques tels que l’agitation, les tremblements, les nausées et les vomissements apparaissent en cas de dépendance physique.

La dépendance peut affecter l’environnement

La prise de drogues n’affectent pas seulement la vie du toxicomane, mais sans le vouloir, des personnes proches comme les membres de la famille et les amis proches sont touchées. Les proches sont des compagnons de souffrance au sens propre du terme, car ils doivent faire l’expérience de la façon dont le toxicomane se ruine lentement. Lorsque l’on parle de dépendance et d’addiction, le concept de co-dépendance joue inévitablement un rôle important. La déception est particulièrement stressante pour la famille et les amis. La plupart du temps, toutes les tentatives visant à dissuader le toxicomane de sa dépendance sont vouées à l’échec. D’autres ignorent la dépendance, aident à la dissimuler par honte et même soutiennent le patient dans sa dépendance. Les proches, comme le toxicomane lui-même, ne peuvent être aidés que par des conseils et un soutien extérieurs.

Que peut-on faire contre la dépendance ?

Un chiffre qui donne à réfléchir: seul un tiers des personnes concernées parviennent à une abstinence durable. La première étape est la plus difficile : s’avouer à soi-même que l’on est dépendant. Quatre étapes caractérisent une thérapie. Le premier chemin peut mener, via le médecin de famille, au psychiatre ou à une clinique. Les soins psychothérapeutiques sont importants dans la phase de sevrage. La confiance en soi et la responsabilité personnelle doivent être renforcées afin de pouvoir dire “non”. Cette phase dure de quelques semaines à quelques mois. Ce n’est qu’alors que la réhabilitation commence dans l’environnement familier. Les centres de conseil en toxicomanie et les groupes d’entraide sont souvent des compagnons importants pendant cette phase pendant des années.

Que paient les compagnies d’assurance maladie ?

Les compagnies d’assurance maladie couvrent, par exemple, les coûts de l’alcool, des médicaments, des drogues ou des dépendances multiples. Dans le cas des maladies de dépendance non matérielle comme le jeu ou la dépendance au travail, il est plus difficile d’obtenir le financement d’un traitement adéquat à long terme. L’Association générale d’aide aux toxicomanes explique plus loin : Pour les personnes souffrant de troubles alimentaires, les compagnies d’assurance maladie sont responsables, les prestataires de services les traitent comme un psychosomatique et non comme une dépendance. Cependant, les traitements psychosomatiques en milieu hospitalier ne durent généralement que quelques semaines, ce qui n’est pas toujours suffisant. Les personnes souffrant de troubles alimentaires ont la possibilité de demander une psychothérapie ambulatoire ou de participer à des offres spéciales dans certains centres de conseil. Les personnes atteintes d’une dépendance au jeu reçoivent un traitement de longue durée dans des cliniques spécialisées payées par les institutions d’assurance pension si nécessaire, mais seulement dans des cas individuels une mesure ambulatoire. L’aide aux personnes touchées est cruciale dans toute forme de dépendance, car le “sacrifice de soi” n’est presque jamais réussi.