Légal, bon marché et soi-disant inoffensif, le protoxyde d’azote est considéré comme une drogue aux nombreux avantages. Aux Pays-Bas, la consommation de ce dernier, est en constante augmentation. Aujourd’hui, même le premier magasin de protoxyde d’azote, a ouvert ses portes. Mais les risques sont grands.

Une inquiétude croissante, chez les experts en toxicomanie

 En l’inhalant à partir d’un ballon ou en l’aspirant, à partir d’un distributeur de crème pour un effet plus rapide, de plus en plus de jeunes en Europe respirent du protoxyde d’azote. La drogue elle-même est relativement bon marché et c’est légal. Aux Pays-Bas, le gaz, qui était autrefois administré comme anesthésique lors des soins dentaires, fait l’objet d’un commerce croissant. Les experts en toxicomanie en sont, de plus en plus préoccupés.

L’entrepreneur Mathieu Hölzken mise sur la vague. Il fait l’éloge de son magasin “False Air” comme étant le “premier véritable magasin de protoxyde d’azote aux Pays-Bas”. Il est situé dans la ville frontalière néerlandaise de Venray, à deux pas de Krefeld ou de Mönchengladbach. Là, le jeune homme de 48 ans, vend un petit rush à partir d’un ballon, pour un coût de cinq euros. Les clients de Hölzken peuvent s’enivrer sur de vieilles chaises de cinéma, avec un énorme visage souriant sur les murs, comme représenter sur le logo de l’entreprise. Le maire de Venray, Hans Gilissen, par ailleur, n’en rit pas et affirme : “Il n’y a pas grand-chose que nous puissions faire, il suffit de prévenir qu’il y a des risques”.

Augmentation rapide de l’empoisonnement au protoxyde d’azote

Aux Pays-Bas, la consommation de protoxyde d’azote, a considérablement augmenté et les problèmes deviennent également de plus en plus apparents. Tout le monde, peut voir les traces de consommation chaque jour, car des dizaines de capsules métalliques ou de ballons vides, se trouvent dans les parkings, les parcs et partout dans les rues.

Les experts mettent en garde contre de grands risques, car le nombre de cas d’empoisonnement par le protoxyde d’azote, à fortement augmenté, rapporte le centre national d’information sur les empoisonnements d’Utrecht. Alors qu’il y avait encore 13 cas en 2015, 67 cas ont été signalés au cours du premier semestre de 2019. Il s’agit de cas de vertiges, de nausées et de paralysies.

Selon le rapport néerlandais sur la dépendance, un jeune sur cinq entre 20 et 24 ans, a déjà inhalé du protoxyde d’azote. Même dans le groupe des moins de 35 ans, elle devient de plus en plus une drogue de fête populaire et peu coûteuse. De ce fait, de plus en plus de villes tirent la sonnette d’alarme et demandent une interdiction. Le ministère de la Santé envisage également de réglementer sa vente.

Risque de dommages permanents, en combinaison avec l’alcool et d’autres drogues

Le gaz hilarant ou protoxyde d’azote est légalement disponible, depuis 2016 et se trouve par exemple, dans les capsules des distributeurs de crème. Selon un arrêt de la cour de justice Européenne, elle n’est plus couverte par la stricte loi appliquée sur les drogues.

Le gaz est inhalé soit à partir de cartouches de crème, soit à partir de ballons remplis de cette crème. Cela se traduit par un court rush de 30 secondes à quelques minutes maximum. Les consommateurs font état d’une augmentation des impressions sensorielles et d’une sensation de picotement sur tout le corps. Certains gloussent de façon irrépressible.

Vous pouvez arrêter de rire très vite. Avec une “consommation moyenne” de cinq à dix capsules, une fois par mois, la drogue de fête est relativement inoffensive, selon le ministère de la Santé. Mais en combinaison avec l’alcool ou d’autres drogues et surtout avec une consommation excessive, le gaz pourrait entraîner des dommages permanents, au système nerveux central et une paralysie. Pourtant, de plus en plus de Néerlandais inhalent jusqu’à 50 cartouches par jour, et ce, sur une plus longue période, selon le dernier rapport sur l’empoisonnement.

Augmentation du nombre de points de vente

Les capsules de crème peuvent être achetées en ligne ou au supermarché. Chaque enfant peut le faire et ce n’est pas cher. De grands paquets de 200 pièces sont déjà disponibles pour 50 euros. Les points de vente se développent comme des champignons.

À Amsterdam, Deniz Üresin est le “roi du gaz hilarant”. Le soir et la nuit, il approvisionne les clients ; des quartiers, des pubs avec une dizaine de vélos cargo. “Je gagne une somme d’argent folle”, dit-il. Ses coursiers vendent des ballons remplis et les clients inhalent le gaz directement dans la rue. L’entrepreneur de 25 ans, donne encore un bon conseil à ses clients, gratuitement, en disant : “Il vaut mieux inhaler en s’asseyant, sinon on tombe et on doit aller aux premiers secours”.

Amsterdam en a assez de cette soi-disant drogue amusante. Les entrepreneurs et les habitants se plaignent du bruit, du harcèlement des groupes de jeunes et des ordures dans les rues. D’autres municipalités souhaitent également une interdiction. Certaines villes ont déjà interdit sa vente, du moins lors de grands événements.

Le gaz hilarant ne joue pas encore un rôle dans les rapports sur les drogues et la toxicomanie

Le voisin occidental de l’Allemagne n’est pas le seul centre d’intérêt. Au Danemark, aussi, une majorité des partis, veulent réglementer la vente de cartouches de protoxyde d’azote. Selon les autorités, les cas d’abus, sont en augmentation constante. En 2017, par exemple, la hotline téléphonique pour les empoisonnements a compté 18 rapports. En 2018, elle en comptait déjà 39. À Copenhague, on signale de plus en plus souvent des crises d’angoisse, des gelures dues à des cartouches de glace ou un manque de concentration à long terme. “Ceux, sont des gens qui consomment le gaz, depuis longtemps en prenant 50, 100 ou 200 cartouches de protoxyde d’azote par jour”, a déclaré Dorte Fris Palmqvist, médecin-chef de l’hôpital de Bispebjerg.

“Le gaz hilarant ne joue pas encore un rôle dans le rapport sur les drogues et la toxicomanie. Mais sur la scène des partis, il se trouve dans des cas isolés”, selon le bureau du commissaire du gouvernement fédéral de l’Allemagne pour les drogues. Il n’y a pas de chiffres fiables. Une étude menée par des chercheurs en matière de drogue a montré clairement en 2018, que le nombre de jeunes consommateurs de protoxyde d’azote avait doublé en trois ans. Selon l’étude, 12 % des jeunes avaient déjà essayé le gaz hilarant.