L’hypersexualité, comme on appelle aussi l’addiction sexuelle, est un terme très difficile à saisir. Qu’est-ce que trop de sexe signifie en réalité ? Combien sont encore normaux ? Qui cela concerne-t-il réellement ? Des questions sur des problèmes qui rendent difficile la prise en charge de ce tableau clinique qui ressemble à une dépendance.

Des réductions dans tous les domaines de la vie

Vus à l’échelle mondiale, nous, les Allemands, sommes les champions du monde de la consommation de porno en ligne. Statistiquement parlant, la population mondiale dans son ensemble passe même jusqu’à 12 millions d’heures par jour sur des sites pornographiques. On estime que 43ller les internautes regardent de la pornographie. Il est intéressant de noter que 70 des contenus pornographiques sont accessibles entre 9 et 17 heures par semaine. Mais est-ce pour cela que nous sommes maintenant des accros du sexe ?

Non. Néanmoins, la disponibilité constante et à bas seuil de la pornographie agit comme un stimulus dit sur normal. Nous ne le savons généralement pas que grâce au sucre ou à la chère graisse porteuse de goût. C’est pourquoi les experts parlent aussi, à juste titre, de « sexualité à volonté ». Cela peut éventuellement conduire à une dépendance sexuelle induite par l’opportunité.

La classification de la dépendance au sexe

Il existe deux principaux types de dépendance sexuelle : le sensationnaliste extraverti, qui recherche un véritable contact sexuel et le type introverti, timide, inhibé, qui se limite principalement au porno.

Mais comment les médecins reconnaissent-ils les patients sexuellement dépendants ? La majorité d’entre eux sont en effet des hommes. Le comportement sexuel dérégulé se manifeste en de différentes manières. Par exemple, les comportements excessifs qui se nuisent à eux-mêmes ou aux autres sont souvent évidents. Le soi-disant chasseur est toujours à la recherche d’un nouveau coup de fouet, tandis que le collectionneur crée parfois des collections massives de pornographie, qu’il ne pourra plus jamais regarder dans leur intégralité. En outre, dans environ 70 cas, ils font de la masturbation compulsive et regardent de la pornographie excessivement. En outre, la dépression ou l’hypermanie et d’autres symptômes psychologiques sont plus fréquents en cas de dysrégulation.

Une autre caractéristique de l’addiction sexuelle est qu’elle entraîne des conséquences dans le milieu de vie de la personne concernée. La masturbation forcée, dont certaines sont de plus en plus risquées, par exemple dans les bureaux ou dans les lieux publics, peut facilement exposer la personne concernée. Pour éviter que cela ne se produise, les toxicomanes sexuels se retirent de plus en plus, ce qui favorise l’isolement social et entraîne des conflits de partenariat. Dans le pire des cas, il y a la menace de perte d’emploi et donc de ruine économique.

Les caractéristiques de la dépendance sexuelle

La dépendance au sexe serait diagnostiquée comme un trouble du contrôle des impulsions, qui présente les trois caractéristiques clés suivantes :

Recherche de causes

La cause exacte de l’addiction sexuelle reste encore inconnue. Par exemple, on soupçonne que le système dopaminergique et/ou sérotoninergique du cerveau est impliqué. Cependant, on remarque que les personnes concernées sont souvent dépendantes de l’excitation sexuelle vécue, et non pas tant de l’orgasme vécu. Ainsi, des heures peuvent parfois être passées dans un état d’excitation sexuelle qui se termine inévitablement par une masturbation. L’excitation expérimentée, presque continue, avant cela correspond essentiellement à un état de conscience changeant. Les toxicomanes du sexe transforment ainsi leur besoin émotionnel en besoins purement sexuels — les experts parlent d’une sexualisation croissante basée sur un déficit d’intimité et de liens interpersonnels.

Diagnostic et thérapie

Le formulaire d’auto-évaluation HBI-19 est un outil de diagnostic particulièrement utile. Cependant, les réponses à des questions initiales simples lors de la conversation médecin-patient peuvent également fournir des indices : Vous avez des difficultés à contrôler votre sexualité ? Avez-vous eu ou craignez-vous des conséquences négatives ? Y a-t-il eu des tentatives de dissimulation ? En outre, un dysfonctionnement érectile situationnel dans les jeunes années peut également indiquer une possible dépendance sexuelle — associée à une consommation excessive de porno. Cependant, cela n’est probablement pas lié à la fréquence plus élevée de masturbation, mais plutôt au manque de stimulation dans la situation réelle du partenaire.

Sur le plan thérapeutique, il n’existe pas de véritable thérapie pour la dépendance au sexe. Il s’agit avant tout d’induire une conscience de soi positive, par exemple par des offres psychothérapeutiques. Pour ce faire, il faut d’abord modifier la haine de soi que beaucoup de personnes concernées ressentent. Le comportement compulsif doit également être réglementé. Bien qu’il existe également des approches de la drogue pour assurer cette réglementation, les drogues ne changent pas réellement les causes de la dépendance sexuelle. Cela signifie que dès que les médicaments sont arrêtés, l’hypersexualité revient. Nous conclurons plutôt avec Freud, qui avait déjà déclaré à l’époque : « La psychothérapie, c’est la guérison par l’amour ».