Une dépendance est un peu délicate à gérer surtout lorsqu’il s’agit de la famille ou partenaire. Une situation peut être un problème à partager si les autres n’ont pas vécu la même expérience. L’utilisation de la drogue n’est pas évidente. Il est mieux d’essayer de parler honnêtement à la personne.

Être flexible

Plus de flexibilité des approches est nécessaire. Il faut être non conflictuel mais aussi persuasif quant aux démarches à effectuer. Faire accepter à la personne dépendant à la drogue qu’il est dans une situation difficile et aussi attendre que la personne à aider soit défensive et hostile. La toxicomanie ne doit en aucun cas faire objet de préjudice à la personne mais il faut utiliser une approche simple et avec tact. La personne aidante peut être effrayé ou en colère mais ceci ne doit en aucun cas induire en reproches ou en confrontation. Aider une personne atteinte de dépendance à la drogue doit faire preuve de profonde préoccupation et d’engagement envers la prise de mesures positives.

La présentation des faits

Au lieu de désigner du doigt la personne atteinte de dépendance à la drogue, il faut être précis sur leur comportement. Les jugements sont à éviter et il faudrait plutôt relater des faits comme raconter les malencontreuses aventures du soir dû à une surconsommation d’alcool par exemple.  Il faut aussi expliquer que la drogue est un problème grave et que c’est une maladie et non une faiblesse morale ou manque de volonté. Expliquez qu’un problème de toxicomanie est une maladie et non une faiblesse morale ou un manque de volonté. Il faut expliquer que les personnes atteintes de dépendance à la drogue ont une maladie très destructrice, qui mène à un déclin progressif et un résultat mortel.

Offrir un choix à la personne

Aidez-les à reconnaître que la seule façon de traiter cette dépendance à la drogue est l’abstinence. Plus la négociation est saine, plus la personne se sentira en confiance. Il faut réaliser tout ce qu’on dit. Un employeur peut par exemple offrir un choix de traitement de  toxicomanie ou risquer sa carrière. Il ne faut pas forcer la personne à obtenir de l’aide. Un groupe peut avoir plus d’impact, car il peut agir en proposant à la personne ayant besoin d’aide des perspectives pour se libérer de sa dépendance. Il faut communiquer avec un professionnel en toxicomanie, un professionnel de la santé pour aider la personne.