De plus en plus de Français font usage de substances psychotropes ou psychoactives sur leurs lieux de travail. Alcool, tabac, cannabis, etc., les variétés de substances consommées sont très nombreuses et affectent considérablement la santé de ceux qui s’y adonnent. Face à un tel constat, il urge de mettre en œuvre des actions de prévention des addictions en entreprise afin de limiter les risques de santé et de sécurité pesant sur les consommateurs et leurs collègues. Comment réussir cette prévention ?

Prévention des addictions en entreprise : par où commencer ?

Pour entamer des actions de prévention des addictions en entreprise, il faut commencer par identifier les addictions en présence puis tenter de comprendre les facteurs de risques qui y sont liés.

Identifier les addictions en présence

En entreprise, il est possible d’observer différents types d’addictions : avec substances et sans substances. Parmi les addictions avec substances que peuvent développer des collaborateurs, les drogues licites sont en tête de classement. Une prévention des addictions en entreprise notamment des drogues licites consiste à définir des stratégies de détection précoce et de sensibilisation visant à éviter la consommation de tabac et d’alcool sur les lieux de travail.

Si le tabac et l’alcool sont des substances licites (non interdites en France), il n’en demeure pas moins que le tabac seul est à l’origine de plus de 41000 décès dans le monde. Des collaborateurs dépendants au tabac et à l’alcool peuvent encourir des risques de santé et mettre également en péril la sécurité des autres. À côté du tabac et de l’alcool, la consommation d’anxiolytiques prend aussi de l’ampleur.

La prévention des addictions en entreprise concerne également les drogues illicites telles que le cannabis, la cocaïne, l’ecstasy, etc. Au moins 45 % des adultes ont par exemple déjà expérimenté le cannabis et 5 % pour l’ecstasy. Face à ces chiffres qui ne cessent de grimper, les entreprises doivent agir. Les addictions sans substances telles que les jeux d’argent et de hasard, les jeux vidéo, l’internet, l’addiction au travail, au sport, aux réseaux sociaux, …, doivent également être identifiées.

Comprendre les facteurs de risque

Une fois les addictions identifiées, il est important d’en connaître les raisons et s’il y a lieu, les facteurs de risques. La prévention des addictions en entreprise peut révéler que les conditions de travail et le stress favorisent la consommation de drogues ou de substances assimilées chez les salariés qui souhaitent mieux répondre physiquement et psychiquement (en savoir plus sur Astuce-santé).

Il peut également se révéler que le stress est à l’origine des consommations de substances addictives par les collaborateurs. Par ailleurs, il faut noter que certaines cultures d’entreprises ou certaines habitudes approuvées ou non par l’employeur, favorisent les consommations de drogues. Le cas échéant, il faut définir des mesures concrètes pour les combattre et réinstaurer un climat favorable à l’abandon des addictions. Une bonne prévention des addictions en entreprise doit alors être faite.

Quelles mesures mettre en place pour prévenir les addictions en entreprise ?

Si les comportements addictifs en milieu professionnel ont le vent en poupe, les entreprises doivent mettre les bouchées doubles pour réagir promptement à travers : des mesures de prévention primaires et secondaires, des actions de sensibilisation et d’information, et des tests de dépistage.

Les préventions primaire et secondaire

Mettre en place des mesures de prévention primaire consiste à agir sur la réglementation intérieure de l’entreprise ainsi que sur des actions de sensibilisation visant à informer les collaborateurs sur les manifestations et les effets des comportements addictifs.

La prévention des addictions en entreprise au plan secondaire vise à détecter et dépister de manière proactive les comportements addictifs en repérant les symptômes de nature physique, relationnelle et comportementale pouvant permettre d’éviter l’aggravation desdites dépendances.

La sensibilisation et l’information

Sensibiliser, c’est porter l’information aux acteurs concernés et leur exposer les manifestations et les méfaits des comportements addictifs sur le travail et la santé. Tout d’abord, ce sont les managers opérationnels qui doivent être formés et ensuite doivent aider à établir un plan d’action, en collaboration avec un cabinet conseil expérimenté en prévention des comportements addictifs.

Avec les acteurs intervenant à divers niveaux, l’objectif doit être d’élaborer une démarche de prévention des addictions en entreprise afin de la rendre consensuelle. Place pourra ensuite être faite à la détection des comportements addictifs propres à l’organisation.

La détection précoce des comportements addictifs

Cette détection consiste à rechercher et repérer très tôt les conduites addictives. Pour ce faire, un ensemble de signaux peuvent aider, surtout si les managers et les DRH sont formés pour la circonstance.

Les tests de dépistage de drogues

A défaut d’une détection précoce, il est toujours possible pour l’employeur de faire subir, dans les conditions prévues par la loi, des tests de dépistage de drogues aux employés. Les mesures de prévention des addictions en entreprise valent cependant bien mieux que les tests de dépistage étant entendu que l’employeur ne peut contraindre le salarié à subir un test sans le consentement de ce dernier.