Une discipline peu connue mais très efficace. C’est la Sophrologie, qui permet d’atteindre un bien-être psycho-physique par une pratique régulière.

C’est une discipline peu connue, créée il y a plus de 30 ans par le psychiatre Alfonso Caycedo (c’est pourquoi son nom complet est “sophrologie caycédienne”). Le terme Sophrologie dérive de trois mots grecs : Sos (harmonie), Fren (esprit, conscience), Logos (parole). L’objectif principal de la Sophrologie Caycédienne est d’aider les individus à vivre mieux, avec enthousiasme, sérénité et optimisme, en réalisant une harmonie totale entre le corps et l’esprit.

La sophrologie regroupe les techniques de relaxation qui dérivent moins explicitement de l’entraînement autogène et de l’hypnose.

Sophrologie et sensibilisation

La discipline développée par le Dr Caycedo comprend 12 degrés de relaxation dynamique et de nombreuses “techniques frontales spécifiques”, chacune visant à résoudre des situations spécifiques (le terme “frontal” signifie “ancré au corps”). En pratiquant régulièrement les 12 degrés de Relaxation Dynamique, vous devenez 100% conscient de vous-même.

de son corps – en commençant à l’aimer et à l’écouter ;

de son esprit – apprendre à observer ses pensées sans en être victime ;

de ses émotions en général – on n’est plus submergé par la colère, la peur, le découragement et la tristesse ;

de sa propre valeur ;

des principes que vous voulez partager avec les autres.

Apprendre à être plus heureux

Pour la sophrologie, l’être humain possède une dignité innée, car il est une “personne” unique. Sa force réside dans la possibilité de pouvoir maintenir une profonde harmonie intérieure face aux difficultés, en regardant la réalité avec lucidité, en trouvant les meilleures solutions, en acceptant des situations qui ne peuvent être changées, voire en saisissant le côté positif. En fait, on ne peut pas toujours y arriver : l’attitude à adopter pour être serein, et peut-être heureux, est une conscience à acquérir.

Renforce le potentiel positif

La pratique de la sophrologie nous apprend à apprécier le passé également, sans toutefois affecter le présent ou le futur. Il est perçu que notre dignité réside dans l’être, et non dans l’avoir ou le faire. Cela passe par la capacité à développer un potentiel positif, à écouter sa voix intérieure, à valoriser et à développer autant que possible l’intuition, la créativité, la résilience, l’audace, le courage. Avec les techniques sofrologiques, l’individu commence à se “voir” et à se “sentir”, il découvre qui il est vraiment et sa grandeur en tant qu’être humain.

A qui cela est utile

La sophrologie s’adresse à pratiquement tout le monde. Il peut être utilisé pour préparer une opération, pour se remettre d’une opération, pour changer de vie après une crise cardiaque, pour préparer un accouchement. Elle constitue également un soutien important dans le traitement des troubles alimentaires, tels que la boulimie ou l’anorexie.

Tout le monde peut s’approcher de cette discipline : les enfants, les jeunes, les adultes et les personnes âgées. Aucune condition physique particulière n’est requise. Pour vous entraîner, il vous suffit de vous réserver un moment dans une pièce calme, de porter des vêtements confortables, d’obtenir une lumière pas trop vive qui rayonne dans la pièce et de vous installer sur une chaise.

Comment se déroule une réunion

En sophrologie, des rencontres-sessions ont lieu chaque semaine. La première fois, cela fonctionne comme suit : pendant la première heure et demie, l’entretien cognitif a lieu, c’est-à-dire que la personne se raconte à elle-même. Le Sophrologue écoute et intervient pour comprendre comment accompagner la personne sur le chemin du bien-être. La dernière demi-heure est consacrée à la pratique de la technique de la semaine. Le même jour, le fichier audio est envoyé afin que vous puissiez pratiquer la technique à la maison pendant toute la semaine.

Vous devez vous entraîner tous les jours pendant 15 à 20 minutes. Et chaque jour, le patient envoie un court e-mail ou un message vocal au sophrologue pour recevoir une aide constante. Dans les semaines qui suivent la première, la technique est modifiée au cours de la réunion, jusqu’à ce que l’objectif final soit atteint. Les techniques sophrologiques peuvent être appliquées avec succès dans le sport, les affaires et l’éducation.

Qui contacter

Des milliers de professionnels ont été formés dans cette discipline depuis 1960. Il est conseillé de s’adresser à un personnel expérimenté pour obtenir des résultats concrets ou pour apprendre la Sophrologie authentique élaborée par le Dr. Alfonso Caycedo.

À Milan, il y a l’École caycédienne de sophrologie, qui organise des cours de formation et des Masters de différents niveaux pour ceux qui veulent pratiquer cette intéressante discipline holistique. Le site officiel de l’école milanaise à consulter pour toute information et inscription est www.sofrologiaonline.com. À l’École, vous pouvez assister à des cours et à des séances individuelles pour ceux qui ont des besoins particuliers.

La sophrologie va au-delà de la simple recherche de détente corporelle. Elle se veut une préparation à l’action qui doit permettre, à terme, de vivre en meilleure santé.

Sophrologie, relaxation… Du pareil au même? Pas vraiment, même si les deux méthodes sont proches cousines. L’une, la relaxation, existe depuis le XIXe siècle. L’autre est plus récente: la sophrologie a vu le jour dans les années 1960. La relaxation a donc été utilisée, entre autres techniques, par le créateur de la sophrologie, le neuropsychiatre espagnol d’origine colombienne Alfonso Caycedo.

Les similitudes de ces deux techniques? Un niveau de travail similaire – le thérapeute intervient quand le patient est au bord du sommeil -, la voix comme porteuse du soin, l’absence de manipulation physique, la recherche de la détente corporelle et l’utilisation de la respiration comme support de cette présence au corps.

Mais beaucoup de choses les différencient. «Tout d’abord, la posture, explique Marie Laure Jacquet, sophrologue et directrice de l’Institut national d’enseignement de la sophrologie, l’Ines, à Paris. En relaxation, la personne est allongée ou assise confortablement. En sophrologie, nous sommes assis ou debout. La relaxation est une méthode passive, tout comme l’est un massage, alors que l’objectif de la sophrologie est de rendre la personne actrice de son changement et de son évolution: l’intention n’est pas la même.» En somme, la sophrologie propose des «outils» pour agir, pour se transformer.

Par ailleurs, la détente recherchée en sophrologie va au-delà du simple relâchement musculaire. Elle est beaucoup plus profonde: elle doit contribuer à maintenir le corps en bonne santé, en jouant également sur les organes et la circulation sanguine. Le travail se fait au niveau corporel, émotionnel et mental, c’est-à-dire dans les différentes structures de la conscience. Ainsi, si la détente en relaxation est un objectif, en sophrologie, elle est un moyen. «C’est la condition préalable au travail de construction réalisé grâce à la sophrologie», précise Marie Laure Jacquet.

Porter un regard différent sur son quotidien

L’objectif du sophrologue est donc d’aider la personne à évoluer pour pouvoir porter un regard différent sur son quotidien, pour réagir autrement, pour se préparer à l’action. Et l’entraînement régulier aboutit à une meilleure connaissance de soi. «Les techniques de visualisation du futur nous permettent de nous voir agissant autrement et réussissant ce qui est bon pour nous, explique la sophrologue. Nous travaillons sur le positif et développons ainsi des connexions neuronales plus solides, qui vont concourir à renforcer la confiance en soi et à développer les capacités dont nous avons besoin dans notre vie de tous les jours.»

La sophrologie améliore ainsi les capacités telles que la mémoire, la concentration, le discernement, l’intuition… «En visualisant à l’avance un événement à venir dans sa réussite, le cerveau intègre qu’il peut très bien y parvenir», indique la thérapeute. Les bénéfices de la sophrologie en termes de prévention sont aujourd’hui reconnus: présente à l’hôpital depuis déjà un certain temps, elle s’impose de plus en plus dans le monde de l’entreprise. On la trouve même à l’école, sous une forme ludique: en même temps que les enfants s’amusent, ils apprennent à gérer leurs émotions.