Le tabagisme est l’un des premiers facteurs de risques de cancers  des poumons et de la vessie. Il pourrait être aussi responsable de nombreux autres cancers tels de l’œsophage, de l’estomac, du colon, du foie, du pancréas du col de l’utérus et bien d’autres encore.

Le nombre de cancers est en augmentation, 40% d’entre eux sont évitables

Pour l’Allemagne, le directeur du German Cancer Research Center, le professeur Michael Baumann, s’attend à une augmentation de 500 000 à environ 600 000 cas selon l’annonce. Beaucoup de ces cas pourraient effectivement être évités : “Selon les connaissances actuelles, si tout ce que nous savons actuellement était suivi, 40% des cancers pourraient effectivement être évités par la prévention primaire”. Lors du 34e congrès allemand sur le cancer, les gens savent à quoi s’en tenir. Il suffit de faire un peu plus de sport, équilibrer son alimentation, éviter de fumer et modérer la consommation d’alcool. Ainsi,  les maladies circulatoires et même la dépression peuvent ainsi être réduites en même temps que bien d’autres maladies.

Les patients atteints de cancer, miroir de la société

Une citation d’un autre message de l’esanum sur le potentiel thérapeutique du sport correspond parfaitement : “Les patients atteints de cancer sont un miroir de la société ». Certaines personnes sont et restent très motivées, d’autres ont du mal à se ressaisir. Selon l’enquête du German Cancer Research Center,  la plupart des patients touchés par le cancer sait que la pratique du sport est essentielle. Malheureusement, la seule chose qui n’a pas été mise en pratique jusqu’à présent est le sport. Selon l’Aide allemande contre le cancer, il existe environ 1 000 groupes sportifs suivis médicalement en Allemagne. Et l’hôpital de la Charité à Berlin teste une thérapie sportive par télémédecine avec des patients assurés par l’assurance maladie AOK Nordost.

Les cancers et le tabagisme.

Plus d’un a certainement entendu parlé du lien entre le tabac et la tumeur. En effet, le cancer est le facteur principal de mortalité dans le monde. Le cancer du poumon occupe la 4e place derrière le cancer du sein et du cancer de la prostate et enfin,  du cancer du colon. Ces quatre types de cancer représentent ensemble environ la moitié de tous les nouveaux cancers malins. Le taux de survie varie considérablement selon le type de tumeur dont de moins de 20 ans pour le cancer du poumon, du foie et du pancréas et à plus de 90 ans pour le mélanome malin, le cancer des testicules et de la prostate.

De nombreuses cellules saines dans l’épithélium bronchique après l’arrêt du tabac

Sur le plan thérapeutique, il y a beaucoup de choses qui se passent dans le traitement du cancer du poumon. Le mieux c’est d’éviter de fumer. Une étude britannique a examiné des cultures de cellules épithéliales bronchiques provenant de 16 personnes afin de déterminer leur structure génétique et leur charge de mutation. Il n’est pas surprenant que les fumeurs présentent la charge de mutation la plus élevée. Cependant, outre les cellules fortement modifiées génétiquement, il y avait aussi des cellules avec beaucoup moins de changement et avec des télomères plus longs. Ces cellules ont été trouvées quatre fois plus souvent chez les anciens fumeurs que chez les nouveaux. Le fait d’arrêter de fumer favorise la recolonisation de l’épithélium bronchique avec des cellules saines.

Les facteurs qui protègent les cellules des effets mutagènes de la fumée de tabac ne sont pas encore clairs. Cependant, le mécanisme génétique moléculaire fournit une explication importante sur la raison pour laquelle l’arrêt du tabac réduit le risque de tumeurs et un nouvel argument pour la consultation des patients. Dans ce contexte, le DGP souligne que le sevrage tabagique en Allemagne est “sous-développé” et, dans un communiqué de presse, il demande “de toute urgence la prise en charge des coûts des thérapies médicamenteuses et comportementales par les payeurs”.